• Charlotte Leplaideur

Viennoiseries

Camélise-moi Enrobe-moi de tes humeurs Effluves de tabac chaud Lorsque la nuit s'égrène.


Écrème-moi Tourne-moi au bord de ton café Perle-moi des matins Dans les bistrots de Vienne.


Esquisse-moi Dans le ciel des printemps Qui ne savent s'éveiller Aux étés rougissants.


Danse-moi Aux insomnies provoquées Des jours trop courts Ensemble de peaux Qui s'éloigneront bientôt.


Vole-moi Soustraction des sentiments Qui s'étiolent Chapelet brisé par des prières absentes.


Langage-moi Pour un nouveau chapitre à écrire demain D'où je m'échapperai En y mettant un point.

Le départ !

Charlotte Leplaideur Vienne (Autriche), samedi 11 mai 2013 / 13h29

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La différence qui nous rassemble tant La curiosité Interpellation L’interrogation La différence scinde t’elle ? Oppose-t’elle ? Ou bien à l’inverse Nous rapproche t’elle les uns des autres Nous enrich

Arrêter D’écrire D’inscrire De graver Arrêter D’exprimer L’envers L’endroit Le langage Bazard bizarre Est parfois Un bien lourd bagage De toute façon Dans le brouhaha Permanent Intérieur / Extérieur Ê

Quand une partie Du monde se noie Dans le sang Les os brisés Les familles décimées Des bombes balancées Le serpent s’insinue Se faufile Se glisse Et s’engraisse A l’intérieur de nous Poison d’un Occid