• Charlotte Leplaideur

Sia (extrait de J'existe)

Je dessine par traits assassins

Les visages de ceux qui grimacent


J'écris par mots lâches

Les phrases de ceux qui aboient


Je peins par couleurs criardes

Les gestes de ceux qui tuent


Et par mes fuites longues

Je dis à la fois

La bêtise, la cruauté et la douleur


Je hais les injustes.


Je plains ceux qui jamais

Ne se regardent

Ne se hasardent au-delà

Des murs étriqués des clans

Des enceintes des demeures ancestrales


J'envie les courants d'air et les oiseaux

J'envie le feu galopant et les vagues de mer.


Je suis Sia

Femme de terre

Terre à terre

J'en suis à mon premier envol


Demain, j'aurais empli mon vide

D'images folles

D'instants d'exception.


Demain la couleur de ma terre

Aura changé de ton

Demain j'aurais connu

L'air neuf et le feu qui couve.


Courir en attrapant la vie,

Courir les jambes immobiles

Courir à l'intérieur de soi

A l'intérieur de l'autre

Courir parce qu'il fait bon

Se découvrir

Se dénuder


Courir les mains devant

Courir la tête haute

Courir la tête basse

Parce que la peur

Est avec la joie

Les éléments qui mènent

La course.

Courir, courir…

Extrait de Sia dans J'existe (Titre provisoirement durable) de C. Leplaideur (2011)

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La différence qui nous rassemble tant La curiosité Interpellation L’interrogation La différence scinde t’elle ? Oppose-t’elle ? Ou bien à l’inverse Nous rapproche t’elle les uns des autres Nous enrich

Arrêter D’écrire D’inscrire De graver Arrêter D’exprimer L’envers L’endroit Le langage Bazard bizarre Est parfois Un bien lourd bagage De toute façon Dans le brouhaha Permanent Intérieur / Extérieur Ê

Quand une partie Du monde se noie Dans le sang Les os brisés Les familles décimées Des bombes balancées Le serpent s’insinue Se faufile Se glisse Et s’engraisse A l’intérieur de nous Poison d’un Occid