• Charlotte Leplaideur

Pâturages


Je suis une femme qui se donne en pâture

Je suis une femme qui glisse dans le lit des rivières

Je suis une femme qui tente d’effleurer


Une femme fantomatique qui panse les absences

Une femme de moments tendres

Une femme de l’oubli


Peut-être est-ce ce que je veux oublier :

La femme en moi

Celle qui a pris le pas sur l’enfance

Celle qui cache l’inconfort, la folle solitude


Je suis une femme de tête

Je créé les apparences

Mon corps se livre derrière les paravents

En tête à tête, voix à voix, peau à peau


Et peu à peu la femme en moi s’effrite

Tombant son masque

Elle révèle l’Homme en elle :

L’humaine


Complexe femme à corps

Bras nus et bouche bée


Charlotte Leplaideur

Paris, dimanche 5 août 2012 (18h32)

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La différence qui nous rassemble tant La curiosité Interpellation L’interrogation La différence scinde t’elle ? Oppose-t’elle ? Ou bien à l’inverse Nous rapproche t’elle les uns des autres Nous enrich

Arrêter D’écrire D’inscrire De graver Arrêter D’exprimer L’envers L’endroit Le langage Bazard bizarre Est parfois Un bien lourd bagage De toute façon Dans le brouhaha Permanent Intérieur / Extérieur Ê

Quand une partie Du monde se noie Dans le sang Les os brisés Les familles décimées Des bombes balancées Le serpent s’insinue Se faufile Se glisse Et s’engraisse A l’intérieur de nous Poison d’un Occid