• Charlotte Leplaideur

La douceur


Tu es une empreinte de douceur, Celle que jamais je ne saurais poser.

Le regard tendre Le coton dans lequel je pourrais me tourner et me retourner nuit après nuit.

Loin ou proche, tu es mon ultime désir.

Le rêve que je touche mais auquel je ne veux jamais appartenir.

Pas mon cocon mais son parfum. L'étoffe que je pose pour donner à l'impersonnel, le personnel.

Le toucher de ma chemise de nuit le matin.

Que tu cours le monde ou sois proche de moi, Tu es mon intime et c'est en cela que nous nous appartenons.

Charlotte Leplaideur Paris dans la nuit du jeudi 24 janvier au vendredi 25 janvier 2013 - 00h19

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La différence qui nous rassemble tant La curiosité Interpellation L’interrogation La différence scinde t’elle ? Oppose-t’elle ? Ou bien à l’inverse Nous rapproche t’elle les uns des autres Nous enrich

Arrêter D’écrire D’inscrire De graver Arrêter D’exprimer L’envers L’endroit Le langage Bazard bizarre Est parfois Un bien lourd bagage De toute façon Dans le brouhaha Permanent Intérieur / Extérieur Ê

Quand une partie Du monde se noie Dans le sang Les os brisés Les familles décimées Des bombes balancées Le serpent s’insinue Se faufile Se glisse Et s’engraisse A l’intérieur de nous Poison d’un Occid