• Charlotte Leplaideur

Etats d'amour

Élans d’âme

On s’enflamme

Sur les sommets on déambule

Avant souvent de chuter

Mercurochrome

Dans sa caverne

Chacun nettoie ses plaies


Des jours, des mois, des années de tunnel

À ne plus s’aimer, se regarder, se comparer

Échouer sur ses propres rives


États d’amour


Des sensations enfouies qui remontent comme des brûlures d’estomac après une overdose de sucre, d’alcool, de solitude

L’armure, les desserts enchantés

La confiance, la famille

Déchirés


Les corps qui ne s’assument plus

Les années qui s’égrènent

Devenir de vieux cons/ vieilles connes

Le poids du cœur s’enfume


États d’amour en désamour

Et puis, et puis,

Un rayon de soleil

Un jour d’hiver

Entendre à nouveau les mélodies mielleuses.

L’indifférence s’envole.

Les souvenirs restent en tant que traces de vie.

La vie,

Un jour d’hiver.


États d’amour.

Cha- coin de table

Aubervilliers- 17/12/18

10h33

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La différence qui nous rassemble tant La curiosité Interpellation L’interrogation La différence scinde t’elle ? Oppose-t’elle ? Ou bien à l’inverse Nous rapproche t’elle les uns des autres Nous enrich

Arrêter D’écrire D’inscrire De graver Arrêter D’exprimer L’envers L’endroit Le langage Bazard bizarre Est parfois Un bien lourd bagage De toute façon Dans le brouhaha Permanent Intérieur / Extérieur Ê

Quand une partie Du monde se noie Dans le sang Les os brisés Les familles décimées Des bombes balancées Le serpent s’insinue Se faufile Se glisse Et s’engraisse A l’intérieur de nous Poison d’un Occid