• Charlotte Leplaideur

D'ailleurs il n'y a plus de neige

Quand une partie

Du monde se noie Dans le sang Les os brisés Les familles décimées Des bombes balancées


Le serpent s’insinue Se faufile Se glisse Et s’engraisse A l’intérieur de nous


Poison d’un Occident Polissé en surface Complètement dépravé Dans ses entrailles Moi, moi, moi


La perte du collectif De la mise au monde D’humains libres Et égaux


Faux


La peur de ne plus avoir Mais avoir quoi ?


Dé responsabilisés Irresponsables aussi Cerveaux mis aux enchères Dans le refus Du « ressentir »


Refus de cohérence De voir De constater les dégâts


Nous nous peignons En victimes Bien assis Sur des coussins moelleux Derrière des écrans Illusions d’une réalité


En perte de liens D’appétence pour l’autre Couchés sur des matelas d’acquis Qui fondent Comme neige au soleil.


D’ailleurs, il n’y a plus de neige Si peu de soleil Et des torrents de pluie Emportent cet Occident Dépressif En larmes répandues


Charlotte Leplaideur Paris, mardi 21 septembre 2021 – 11h49

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La différence qui nous rassemble tant La curiosité Interpellation L’interrogation La différence scinde t’elle ? Oppose-t’elle ? Ou bien à l’inverse Nous rapproche t’elle les uns des autres Nous enrich

Arrêter D’écrire D’inscrire De graver Arrêter D’exprimer L’envers L’endroit Le langage Bazard bizarre Est parfois Un bien lourd bagage De toute façon Dans le brouhaha Permanent Intérieur / Extérieur Ê

(en réponse à qui sait) Se dévoiler Éplucher Ses plumes Ses voiles Comme celles D’un bateau Afin de voguer Vers l’horizon D’un lendemain inconnu Se remémorer Ses terres Où enveloppé Dans ses couvertur