• Charlotte Leplaideur

Connaissance(s)


Connait-on son nom ?


Connais-tu ton nom ?

Connais-tu ton pas ?

Ta marche qui se déroule sur le sentier abrupt, accidenté & rare.


Connais-tu ton pied qui s’avance en accord avec ce nom que tu te donnes jour après jour.

Ce nom écarté des jambes de ta mère à ta naissance.

Ce nom, je, tu, plume, signe ou mot qui n’appartient qu’à ta langue.


Connais-tu ta langue ?

Ce vocabulaire sans mot qui te constitue.

Ton dictionnaire, unique exemplaire, où s’imbriquent tes définitions propres ou sales.

Langage inconnu de l’autre, intime au creux de toi.

Lianes généreuses et apeurantes tissant ton existence au milieu des humains.


Connais-tu ton art ?

Ce qui te distingue de l’uniforme.

Ton aptitude personnelle et incessible à transmettre ton chemin de vie.


Cultives-tu les fruits du jour ?

L’éphémère attitude qui n’admet ni l’excuse, ni la répétition.

Entends-tu l’appel du renouveau tous les matins sous les paupières lourdes ?

L’exquise sensation d’un horizon à peindre.


Connais-tu ta chair ?

Cet amas de cellules qui abritent ton être : ton constituant et ton outil.

Merveilleux objet en constante évolution, maison mystérieuse traversée en permanence par les courants contraires.


Comprends-tu les questions qui s’amassent ?

Les instincts qui te poussent à chercher, vague après vague, les moments où sans raison tu sais ton nom, ton pas, ta langue, ton art, les fruits récoltés, ta chair.


L’humain que l’on connait le moins semble au fond, celui que l’on habite…

Charlotte Leplaideur

2 mars 2013

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La différence qui nous rassemble tant La curiosité Interpellation L’interrogation La différence scinde t’elle ? Oppose-t’elle ? Ou bien à l’inverse Nous rapproche t’elle les uns des autres Nous enrich

Arrêter D’écrire D’inscrire De graver Arrêter D’exprimer L’envers L’endroit Le langage Bazard bizarre Est parfois Un bien lourd bagage De toute façon Dans le brouhaha Permanent Intérieur / Extérieur Ê

Quand une partie Du monde se noie Dans le sang Les os brisés Les familles décimées Des bombes balancées Le serpent s’insinue Se faufile Se glisse Et s’engraisse A l’intérieur de nous Poison d’un Occid