• Charlotte Leplaideur

Clin d'oeil


Je crois parfois que tu es un mirage apparu en pleine vie, Une illusion qui s'étirerait, Un instant fugace qui cherche à se renouveler.



Je suis une absolue qui se noie dans un verre d'eau Une croyance éphémère qui ne veut pas s'écrire, s'inscrire

Une série de mots qui se dévide Des pensées folles qui s'acheminent Et qui s'étiolent dans le vent


Un corps soie de chine Un bout de dentelle pour tenir à l'âme Accrochés à l'arbre qui s'enlise à la mousson L'automne déjà s'installe et les pensées d'été s'effacent... Le coin du feu t'appelle déjà. Cha(rlotte Leplaideur) 2012

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La différence qui nous rassemble tant La curiosité Interpellation L’interrogation La différence scinde t’elle ? Oppose-t’elle ? Ou bien à l’inverse Nous rapproche t’elle les uns des autres Nous enrich

Arrêter D’écrire D’inscrire De graver Arrêter D’exprimer L’envers L’endroit Le langage Bazard bizarre Est parfois Un bien lourd bagage De toute façon Dans le brouhaha Permanent Intérieur / Extérieur Ê

Quand une partie Du monde se noie Dans le sang Les os brisés Les familles décimées Des bombes balancées Le serpent s’insinue Se faufile Se glisse Et s’engraisse A l’intérieur de nous Poison d’un Occid