• Charlotte Leplaideur

Ces forêts

Des forêts profondes, d'arbres plantés tout droits,

Au carré.

Impénétrable pour l'illogique.

Des forêts de raison

La nature souveraine

Emprisonnée

Dans ces espaces où l'homme la fait naître et puis la tue.


On ne peut s'y promener,

On ne peut s'y perdre.

Cette forêt compacte

Preuve de consommation

N'aime pas les humains

Qui la prenne en pitié.


Tout orgueil elle devient

Comme le regard des petits

Qui n'ont rien à manger.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La différence qui nous rassemble tant La curiosité Interpellation L’interrogation La différence scinde t’elle ? Oppose-t’elle ? Ou bien à l’inverse Nous rapproche t’elle les uns des autres Nous enrich

Arrêter D’écrire D’inscrire De graver Arrêter D’exprimer L’envers L’endroit Le langage Bazard bizarre Est parfois Un bien lourd bagage De toute façon Dans le brouhaha Permanent Intérieur / Extérieur Ê

Quand une partie Du monde se noie Dans le sang Les os brisés Les familles décimées Des bombes balancées Le serpent s’insinue Se faufile Se glisse Et s’engraisse A l’intérieur de nous Poison d’un Occid